Knott’s Berry Farm ®, un parc d’attractions pas comme les autres !

Ca y est ! On est vendredi, veille de week-end, on peut se détendre et profiter !

Aujourd’hui, c’est sous le soleil de Californie que je vous emmène à la rencontre d’un parc d’attractions méconnu des Européens, j’ai nommé Knott’s Berry Farm!

Vous allez voir, ici, on est loin des grosses machines que sont Universal et Disney mais, malgré tout, ce parc arrive fièrement à les concurrencer !

Photo Credit: Knott’s Berry Farm

C’est un parc que j’ai eu la chance de découvrir à 2 reprises déjà. La première, durant mes vacances en famille, j’ai eu le bonheur de séjourner à l’hôtel juste à côté du parc. C’était pendant la période d’Halloween et je peux vous dire que les frissons étaient au rendez-vous ! La deuxième, c’était pour le boulot, lors du salon mondial du tourisme US (IPW) qui se tenait à Anaheim. Un moment vraiment magique puisque le parc était uniquement ouvert, le temps d’un soir, aux professionnels du tourisme ce qui m’a permis de tester les attractions dans d’excellentes conditions.

Ce parc se situe à Buena Park, Au Sud de Los Angeles à seulement 10 minutes en voiture d’Anaheim, la plus grande ville du comté d’Orange hébergeant le célèbre Disneyland Resort, premier-né de la célèbre famille Disney !

Pas facile donc pour ce parc de se faire une place quand on se trouve juste à côté d’un géant Disney, mais vous allez voir, son histoire est assez atypique !

Photo Crédit: Ponsard Gérald

Comme à mon habitude maintenant, les vendredis, je vous invite à bord de ma Delorean pour vous emmener en décembre 1920, à la rencontre de la famille Knott. A cette époque, Walter et Cordelia Knott déménagèrent avec leur jeune famille sur un terrain de 81.000 m² qu’ils louèrent à William H. Coughran près de l’autoroute 39 dans la petite ville de Buena Park, en Californie. Déterminés à réussir dans l’agriculture, le couple et leurs quatre enfants, Russell, Virginia, Toni et Marion, travaillaient dans les champs, mais leur premier hiver fut difficile et les temps particulièrement durs.

L’année suivante, cependant, ils ont cultivé avec succès de la rhubarbe, des asperges et des baies. Les récoltes étaient bonnes et, en 1923, ils construisirent un stand en bordure de route pour vendre leurs produits. Les affaires tournaient bien, ce qui leur permit, en 1927, d’acheter leur terrain et d’y construire leur maison et un marché permanent pour remplacer leur stand en bord de route, ainsi qu’une pépinière pour vendre des plantes et même un petit salon de thé où la femme de Walter, Cordelia, vendait des sandwichs, des confitures et des tartes à base de baies de la ferme. Ils l’appelèrent Knott’s Berry Place.

En 1929, la Grande Dépression toucha l’Amérique, faisant chuter le prix des terres, et même si la famille Knott arrivait à peine à joindre les deux bouts, Walter a redoublé d’effort, achetant plus de terres pour agrandir sa ferme.

Au milieu de la Grande Dépression, Walter commençait à se faire un nom avec ses baies et, en 1932, il rencontra un dénommé George M. Darrow, avec lequel il partageait une passion pour les baies. Ils prirent contact avec Rudolph Boysen, qui vivait à Anaheim et avait expérimenté de nouvelles espèces de baies, notamment par le croisement entre une framboise rouge et deux sortes de mûres, mais les avait laissées sur sa propriété précédente. Ensemble, les trois hommes retrouvèrent la plante à baies oubliée de Boysen dans un fossé, couverte de mauvaises herbes et sans baies. Avec l’accord des nouveaux propriétaires, Walter ramena les boutures chez lui pour les planter et les cultiver. L’année suivante, quelle n’était pas sa surprise devant un plant chargé de baies!

En 1934, Walter avait suffisamment de boutures et de baies pour introduire la nouvelle mûre comme produit commercial. Cette nouvelle baie n’ayant pas encore de nom, il décida d’honorer son créateur et l’appela la mûre de Boysen. Cordelia décida alors d’agrandir son salon de thé pour accueillir jusque 20 personnes, puis en 1935, ils l’agrandirent à nouveau pour accueillir 40 personnes, et nouveau l’année suivante pour en accueillir 70. Elle incorpora la nouvelle baie dans son menu et commença, dès lors, à faire des biscuits maison et à proposer des dîners de poulet frit, avec divers accompagnements, et des tartes aux baies de boysen qu’elle servit sur sa belle porcelaine de mariage. Un dîner qu’elle vendrait 65cent ! Ce fut un succès instantané!

Photo courtesy of Orange County Archives

La réputation de ce délicieux repas de poulet frit grandit rapidement et bientôt les gens affluèrent vers la petite ferme et le salon de thé de Buena Park, qui devint un restaurant à part entière pouvant accueillir jusqu’à 350 places. C’était vraiment le tournant qui allait transformer la ferme en parc à thème.

En 1939, afin de faire patienter les gens qui attendent, la fille de Walter et Cordelia, Virginia, a installé une table de jeu avec de petits cadeaux à vendre. Au fur et à mesure que le restaurant se développait, l’entreprise de Virginia fit de même et devint ainsi une boutique de cadeaux qui existe toujours aujourd’hui. Il n’était pas rare que des invités affamés attendent plus de trois heures pour une table et bientôt un haut-parleur fut installé. Mais, en plus de parcourir les offres de Virginia, comment s’occuper pendant la longue attente? Walter s’est mis à proposer diverses idées. Il a commencé par exposer des boîtes à musique anciennes, puis il a construit un jardin de rocaille avec une cascade en utilisant de la roche volcanique de la Vallée de la Mort. Il a construit une petite scène avec une meule et une roue à eau avec un panneau encourageant ceux qui attendent à chanter «Down by the Old Mill Stream». À côté, il ajouta une reconstitution de la cheminée de George Washington de Mount Vernon. La cascade, la scène avec la meule et la cheminée sont toujours à la ferme, située derrière le marché de Berry. Il a ajouté une ruche d’abeilles, du bois pétrifié, des roches fluorescentes qui brillaient dans le noir.

Photo courtesy of Orange County Archives

Inspiré par sa mère et son voyage en Californie dans un wagon couvert en 1868, Walter décida d’aller encore plus loin. Cette fois, il construirait une ville fantôme pour divertir les clients avides de volaille. En 1940, la construction de ce qui allait devenir Main Street a commencé. Walter était à la recherche de toutes les choses du vieil ouest, achetant des morceaux de vieux bâtiments, des calèches, des outils et plus encore. Il les a utilisés pour construire un saloon, un bureau du shérif, un bureau d’analyse, un salon de coiffure et bien plus ! La pièce maîtresse était le Gold Trails Hotel qui a été construit avec des pièces d’un vieil hôtel de l’Arizona. Il n’avait pas la fonction d’ hôtel, mais abritait un cyclorama et racontait l’histoire des pionniers de l’ouest.

Les gens qui attendaient leur table étaient tellement enchantés par la ville fantôme de Walter que le système de haut-parleurs a dû être étendu pour les rappeler quand leur table était disponible. Avant qu’il ne s’en rende compte, la ville fantôme de Walter avait développé une vie propre et les gens venaient juste pour la visiter. Walter a embauché une variété d’acteurs pour peupler sa fausse ville occidentale et amuser les invités. Avec l’aide du designer et peintre Paul Von Klieben, Ghost Town s’est agrandie de bâtiments colorés et amusants. Le sculpteur Claude Bell a également aidé à peupler Ghost Town avec des statues en béton, notamment Handsome Brady et Whiskey Bill, ainsi que les charmantes danseuses Marilyn et Cecelia.

En 1947, Walter nomma son entreprise en expansion Knott’s Berry Farm et, la même année, Pan for Gold a été créé. C’est une attraction toujours populaire aujourd’hui, les invités peuvent se servir d’un tamis comme les mineurs en 1849 pour tamiser le sable et ramener de l’or véritable chez eux . Le Wagon Camp a rapidement suivi et est devenu un lieu de premier choix pour le divertissement gratuit des artistes country et occidentaux.

Photo Credit: Ponsard Gérald

Les années 1950 ont vu une expansion massive de Ghost Town avec l’ajout du Calico Saloon, du Ghost Town & Calico Railroad (le dernier chemin de fer à voie étroite en activité en Amérique) ainsi que de l’école. Alors que de nombreux bâtiments de Ghost Town ont été créés, l’école était un vrai bâtiment construit en 1879 et transféré à la ferme depuis le Kansas. Le cimetière de Boot Hill a également été ajouté ainsi que le Bird Cage Theatre, dont la façade est une réplique de celle de Tombstone, en Arizona. En 1954, la « cage à oiseaux » a ouvert ses portes pour des représentations de vaudeville et de mélodrame dans lesquels Steve Martin et Dean Jones ont fait leurs débuts. Et avant la fin de la décennie, la cabane hantée a été ajoutée au parc.

Photo Credit: Ponsard Gerald

Il est étonnant qu’en l’espace de cent ans, une petite ferme de culture de baies louée se soit transformée en l’un des parcs à thème les plus populaires des États-Unis, recevant des récompenses et gagnant le cœur de tous. En raison de son âge, Knott’s Berry Farm a une merveilleuse atmosphère intergénérationnelle, où les gens peuvent se promener et profiter des mêmes sites que leurs parents et mêmes grands-parents, tout en continuant à découvrir des choses nouvelles et passionnantes. Il y en a certainement pour tous les goûts et qui sait ce qui nous attend pour les 100 prochaines années à Knott’s Berry Farm?

Voilà, j’espère que ça vous aura plu ?! Un peu longue, certes, mais en me plongeant dans cette histoire incroyable, je ne me voyais pas l’abréger !

Note: Source historique Knott’s Berry Farm

Publié dans USA

Laisser un commentaire